Aller au contenu principal

Quand les potagers s’invitent sur les toits de Paris

17 avril 2014

Voilà une illustration concrète d’intégration de la nature et de la biodiversité dans le paysage urbain, qu’Anne Hidalgo a inscrit parmi les grandes priorités de son mandat.

Ce samedi 12 avril, les habitants du 20ème arrondissement et les membres de l’association Veni Verdi en compagnie des élus de l’arrondissement, Florence de Massol, première adjointe de Frédérique Calandra et Fanélie Carrey-Conte, députée du 20ème arrondissement, ont installé un potager sur le toit terrasse du collège Matisse d’une surface de 165 m² (retrouvez les photos de ce moment convivial sur le blog de Fanélie Carrey-Conte).

Je salue bien entendu cette initiative qui s’inscrit dans notre objectif de création de 100 hectares de toitures et façades végétalisées à Paris, dont 30% seront consacrés à la production de fruits et légumes, l’objectif de l’association étant de fournir les habitants du quartiers en produit locaux et abordables. Ce beau projet d’agriculture urbaine montre qu’il est possible de créer du lien entre les générations, et de la solidarité économique tout en rendant notre Ville toujours plus innovante et agréable à vivre.

Oser la Ville durable !

10 avril 2014

Anne Hidalgo m’a confié la responsabilité des Espaces verts, de la Nature, de la Préservation de la biodiversité et des Affaires funéraires au sein de son équipe resserrée qui a été élue samedi à l’occasion de notre premier Conseil de Paris. C’est un honneur pour moi que de conduire cette délégation d’avenir après avoir servi les parisiens pendant cinq ans dans la magnifique délégation à la Vie scolaire et à la Réussite éducative. Je tiens ici à remercier tous les acteurs de la vie scolaire avec qui nous avons partagé de grandes ambitions et de superbes projets et réalisations pour les enfants et les adolescents de la capitale.

L’aventure qui s’ouvre aujourd’hui est exaltante car elle va profondément marquer le visage et l’esprit de notre Ville : reconquête de la petite ceinture, végétalisation des toits, murs et terrasses, coutures vertes avec les villes limitrophes, poursuite d’une trame verte reliant nos quartiers les uns aux autres, création de 30 hectares nouveaux de poumons verts, place de la nature en ville, défi de l’implantation de l’agriculture urbaine… La nature et la biodiversité vont continuer à s’inscrire au cœur de la Ville. L’enjeu est bien entendu la qualité de vie des parisiens mais aussi notre capacité à être à la pointe des défis de l’écologie urbaine. Nous allons ainsi mobiliser tout le savoir-faire et toute la capacité d’innovation de nos équipes et partenaires pour faire de Paris une Ville durable avec par exemple le développement des toitures et façades végétalisées, le renforcement de l’efficacité énergétique des bâtiments et la production d’énergies renouvelables.

J’attacherai bien entendu une importance particulière à l’appropriation par les plus jeunes de ces nouveaux espaces et au partage d’outils pédagogiques pour valoriser la nature urbaine. Nous vous ferons aussi découvrir ou redécouvrir tout au long de l’année la richesse extraordinaire de la programmation culturelle qui prend vie dans nos parcs et jardins.

zoo

Au carrefour de ces thématiques, j’ai participé hier pour ma première visite, à l’inauguration du Parc zoologique de Paris qui réouvrira ses portes au public, après une rénovation de 6 ans, ce samedi. Celui que nous connaissions sous le nom de Zoo de Vincennes vient de faire peau neuve pour prendre une dimension d’envergure internationale avec l’immersion du visiteur dans des paysages évoquant cinq zones géographiques de la planète, les biozones, où petits et grands peuvent appréhender les différents écosystèmes. C’est un véritable tour du monde de la diversité animale qui nous est proposé avec des espèces rares et menacées parmi le millier d’animaux présent. La Ville de Paris a bien entendu tenu à accompagner cette ouverture en améliorant l’accès au site, en particulier pour les  personnes à mobilité réduite.

Coup de projecteur sur les élèves des classes d’accueil

12 mars 2014

Ce sont des jeunes dont on parle peu qui sont mis à l’honneur dans le long métrage documentaire de Julie Bertuccelli La Cour de Babel qui sort aujourd’hui en salle. La réalisatrice a en effet choisi de poser sa caméra pendant un an dans la classe d’accueil de Madame Cervoni du collège la Grange aux Belles, situé dans le 10ème arrondissement.

Ces élèves primo-arrivant non francophones qui viennent des quatre coins du monde, Julie Bertuccelli a fait leur connaissance alors qu’elle participait au jury du 4ème Festival Parisien du Film Scolaire et Périscolaire qui avait récompensé leur court métrage L’enfant lune. Elle a voulu suivre leur scolarité, leurs échanges, leurs préoccupations, connaître leurs espoirs, leurs angoisses et leurs rêves, et c’est ce quotidien au plus près de la réalité qu’elle livre dans ce documentaire.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ces adolescents ont une conscience aiguë du monde dans lequel ils vivent et des problèmes de leur temps.  Aussi je ne peux que vous encourager à voir ou revoir leur formidable court métrage L’enfant lune (http://www.dailymotion.com/video/xruqob_l-enfant-lune_creation) que nous avions diffusé lors de la 4ème édition du Forum du Vivre Ensemble et qui aborde tout en émotion la question de la différence, de la transmission, du partage et de l’amour. Car ces jeunes sont encore les mieux placés pour parler d’égalité.

Un pari réussi pour Paris Santé Réussite

5 février 2014

La réussite éducative de tous constitue une des priorités de la Ville de Paris. C’est pourquoi, depuis 2010, avec mon collègue Jean-Marie Le Guen, adjoint au Maire de Paris chargée de la santé, nous avons souhaité initier le dispositif Paris Santé Réussite, en étroite collaboration avec l’Académie de Paris, afin de lutter contre les difficultés d’apprentissage sévères du langage et de la lecture.

Le projet se fonde sur les données de la recherche scientifique internationale et française. Les deux objectifs de ce dispositif sont, pour tous les enfants, d’acquérir une lecture fonctionnelle (lire et comprendre un texte du niveau de l’enfant) et d’écrire lisiblement.

Il comprend un repérage  précoce des enfants en difficultés d’acquisition de la lecture par les enseignants et les équipes de santé scolaire pour leur proposer une réponse pédagogique adaptée.

Ce dispositif assure un  suivi et la coordination des actions menées auprès des enfants en lien avec les parents, les enseignants, les médecins/ psychologues scolaires et éventuellement rééducateurs de chaque enfant.

De plus, à la demande des personnels scolaires, le dispositif peut apporter son expertise pluridisciplinaire à une école et se comporter tel un centre ressources.

A sa tête, la neuropédiatre Catherine Billard a constitué une équipe avec des psychologues et des orthophonistes. Si 12% des enfants de CE1 ont des difficultés de lecture, la proportion atteint 25% dans des quartiers défavorisés. Le dispositif travaille avec 18 écoles volontaires sur Paris afin de dépister très précocement les troubles de la lecture, dès les classes de CP et de CE1. Les enseignants sont formés à une méthode de lecture très structurée. Catherine Billard l’assure : une prise en charge adaptée et rapide permet de diviser par deux l’échec en lecture.

Retrouvez le récent article du monde relatif à ce dispositif : http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/03/les-enfants-de-pauvres-sont-ils-condamnes-a-l-illettrisme_4358954_3224.html

La Fabrique du Regard occupe la porte de Clichy avec les collégiens

21 janvier 2014

Le 19 décembre, 15 jeunes participant au programme "Mon Journal du Monde" proposé par le BAL – La Fabrique du Regard, ont exploré le quartier de la porte de Clichy, avec une photographe et un scénographe. Visionnez ce moment ici : http://vimeo.com/84222052 !

Cette année, 280 collégiens de 16 établissements à Paris et en Région, participent au programme Mon Journal du Monde soutenus par la Mairie de Paris. Avec seize artistes invités, ils créent une publication en images : leur Journal du Monde. 

Les élèves de 3ème du pôle Culture et Création du Collège Mallarmé (Paris 17) ont travaillé avec Aude Tincelin (photographe) et Thierry Grapotte (scénographe des Ateliers Berthier), invités par la Fabrique du Regard à diriger un atelier de création autour de la thématique « Image et mémoire ». 

Se mettre en scène, bouleverser sa vision du quartier et réagir face à l’architecture, l’urbanisme : tout un programme qui les conduit a créer un affichage éphémère, où les images évoquent le souvenir d’une action et d’un lieu.

 

Un acte supplémentaire de la refondation : cap sur l’éducation prioritaire !

17 janvier 2014

2014_education-prioritaire-infographie-panorama_294309.54

Ce n’est rien de dire que cette réforme était attendue au regard du mille-feuille opaque que constitue l’actuelle carte de l’éducation prioritaire. Le Gouvernement s’est attelé à changer la donne pour sortir l’éducation prioritaire de la ghettoïsation et de la stigmatisation. Vincent Peillon vient en effet de présenter une réforme de la politique d’aide aux écoles et collèges de l’éducation prioritaire, avec pour ambition de réduire les écarts de performance scolaire entre les enfants de ces quartiers et les autres alors qu’ils sont aujourd’hui de plus de 30%.

Avec un périmètre d’établissements concernés équivalent, le ministre de l’éducation nationale a annoncé trois grands axes pour y parvenir : la pédagogie, le climat scolaire et les équipes éducatives.

Pour en finir avec un système à deux vitesses le Gouvernement entend ainsi mobiliser de nombreux leviers comme la création d’une classe de maternelle pour les moins de trois ans dans chaque réseau d’éducation prioritaire, l’affectation d’un professeur de plus par école à temps plein pour aider les élèves de CP et CE1 en difficulté, deux heures de tutorat par semaine et l’accès à des cours d’aide en ligne pour les collégiens, la création d’un accueil des parents chaque matin au collège, le recrutement de 500 assistants de prévention et de sécurité supplémentaires, du temps dédié à la formation, au travail en équipe et au suivi des élèves, un grand plan de formation continue et d’accompagnement, des incitations fortes pour stabiliser les équipes, des infirmiers scolaires et assistants sociaux supplémentaires ou encore des moyens et du temps pour monter des actions pédagogiques.

Ce plan de refonte de l’éducation prioritaire est d’abord né des constats et attentes des équipes de terrain qui s’étaient entre autre exprimées lors des assises de l’éducation prioritaires. En faisant confiance aux professionnels de l’éducation, comme à la jeunesse de notre pays, le Gouvernement se donne les moyens que la réussite de tous ne soit plus qu’une promesse républicaine mais bien une réalité.

Il était temps de travailler sur ces questions. Il est salutaire que le gouvernement ait entamé ce travail. Il sera nécessaire d’évaluer la réussite de ce plan d’actions, afin de pouvoir faire en sorte , encore et toujours, que l’école de la République soit l’école de la réussite de tous les élèves.

Un projet exceptionnel pour des jeunes… exceptionnels !

13 janvier 2014

Mardi 7 janvier avait lieu la journée exceptionnelle de l’orchestre Pas de Loup au collège Maurice Utrillo. Pour sa quatrième année en résidence dans ce collège du 18ème arrondissement, le plus ancien orchestre français en activité a passé toute une journée à jouer en formation symphonique au sein du collège Utrillo. Sous la direction du chef Wolfgang Doerner, les musiciens, installés dans le préau ont fait découvrir des œuvres du grand répertoire aux élèves. Des ateliers, animations et temps d’échanges ont rythmé cette journée qui s’est achevée par une participation de l’ensemble des élèves de 6ème. Dernière des percussions et en formation de chorale, les élèves ont accompagné les musiciens sur l’air de la “Marche” de Casse-Noisette avec leur propre composition « c’est nous les élèves d’Utrillo, et on va réussir avec brillo ! ». C’est en effet tout ce que l’on souhaite à ces jeunes qui expérimentent toute l’année le contact direct avec la musique symphonique grâce au programme « l’Art pour grandir ».

En 2013-2014, ce sont encore plus de jeunes qui sont concernés par ce programme audacieux de la Ville de Paris avec des partenariats culturels toujours plus riches. 66 institutions culturelles et associations, 260  écoles maternelles et primaires, 70 collèges et 200 centres de loisirs sont impliqués dans le dispositif cette année. Pour sa 5ème édition « L’Art pour grandir » innove également avec 3 résidences numériques en collèges qui ont pour support l’Espace Numérique de Travail « Paris Classe Numérique », et pour la première fois, 3 centres scolaires en hôpital et 3 lycées municipaux accueillent des œuvres du Fonds Municipal d’ Art Contemporain.

apg

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  359 followers

%d bloggers like this: