Skip to content

Le gouvernement engage les évolutions législatives attendues pour relancer le projet de Salle de Consommation à Moindre Risque

17 octobre 2014

Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a présenté lors du Conseil des Ministres de ce mercredi 15 octobre 2014 le projet de Loi « Changer le quotidien des patients et des professionnels de santé ».

Ce texte comporte une mesure fortement attendue par Paris : la possibilité, ouverte par la voie législative, d’expérimenter la création d’une Salle de Consommation à Moindre Risque (SCMR). C’est une annonce extrêmement positive qui permet de relancer ce projet, mis en attente depuis l’avis rendu par le Conseil d’Etat  fin 2013 sur la nécessité de modifier le cadre de la loi.

Je tiens à saluer l’action de mon collègue Bernard Jomier, Adjoint à la Maire de Paris chargé du handicap, de la santé et des relations avec l’AP-HP, sur ce projet important pour notre collectivité. En effet, souhaitée depuis 2010 par le Conseil de Paris, la création d’une SCMR fait partie des engagements forts d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, lors des Municipales : « Je souhaite la création d’une SCMR, qui réduit les risques d’infections ou d’overdoses liés à la consommation de drogues par les plus fragiles et permet de limiter les nuisances pour le voisinage dues à l’usage de stupéfiants dans les lieux publics  (programme Oser Paris, page 127).

Cet engagement pris en toute transparence devant les Parisiennes et les Parisiens reflète une volonté forte de Paris de conduire une politique innovante de réduction, pour tous, des risques de liés aux consommations de rue. C’est une politique qui allie prévention, réduction des risques, tranquillité publique, aide aux plus fragiles et sécurité.

Lors du Conseil de Paris des 20 et 21 octobre prochains, Bernard Jomier aura l’occasion dans une communication sur la santé de réaffirmer cet engagement qui entend ainsi « non seulement répondre à une urgence de santé publique, mais aussi améliorer la sécurité dans l’espace public et réduire les nuisances pour le voisinage des lieux de consommation à ciel ouvert ».

Le projet de la SCMR illustre la qualité du débat public parisien : malgré un sujet complexe, les échanges réunissant tous les acteurs locaux, publics et associatifs, la création d’un groupe de travail dédié et une importante concertation à Paris et dans le 10ème arrondissement ont permis de construire un projet innovant et audacieux avec l’association Gaia.

Je salue la qualité du travail engagé avec la Préfecture de Police et le Parquet sur ce dossier. Sur la SCMR comme sur l’ensemble de ce quartier du Nord de Paris, nous agissons de concert pour la sécurité des riverains : la création d’une BST sur le nord du 10e ou le travail intense des acteurs de la ZSP du 18e illustrent notre mobilisation totale pour la sécurité et la tranquillité de tous.

Avec l’ensemble des élus locaux concernés, tous les partenaires se sont mobilisés pour que ce projet permette enfin de mieux accompagner les personnes souffrant d’addiction, d’agir pour la qualité de vie dans les quartiers concernés et de réduire les risques inhérents à une consommation de drogue dans l’espace public. Santé publique et tranquillité de tous sont les deux objectifs indissociables de la SCMR.

Des salles de consommation à moindre risque existent déjà chez nos voisins européens (Allemagne, Espagne, Suisse…). Leur bilan positif est reconnu, comme l’a d’ailleurs souligné une expertise indépendante de l’INSERM. Il nous faut attendre le vote de la loi par le Parlement mais Paris, plus que jamais, est confiant quant à la réussite de ce projet important.

Rencontre avec les Correspondants de Nuit du 13e

14 octobre 2014

IMG_1967IMG_1956

Jeudi 9 octobre, je suis allée à la rencontre de l’équipe des correspondants de nuit du 13e arrondissement, implantée depuis 2006 sur le quartier Souham, Olympiades, Baudricourt après un échange avec l’équipe de développement local du quartier sud 13e.

Cette visite a été l’occasion d’échanger avec les médiateurs sur leur action et leurs missions sur le quartier, au contact quotidien avec les habitants, les associations et les commerçants. Nous sommes ainsi allés à la rencontre de l’équipe de l’Espace Jeune Olympiades et les personnels de la bibliothèque municipale Jean-Pierre Melville.

Les missions des Correspondants de Nuit sont variées. Ils sont à la fois médiateurs (prévention des nuisances et des incivilités, prévention et résolution des petits conflits dans l’espace public), assurent une veille sociale (écoute et orientation des personnes les plus fragiles ainsi que liens avec les services sociaux) ainsi qu’une veille technique et résidentielle (repérage des dysfonctionnements techniques et communication des informations aux services concernés). Ils peuvent également accompagner des riverains dans leurs déplacements, sur rendez-vous.

Présents de 16h00 à minuit 7 jours sur 7 et toute l’année, les équipes de correspondants de nuit ont étendu aujourd’hui leur action à 10 arrondissements de Paris

Visite de terrain sur le boulevard de la Chapelle

14 octobre 2014

Mercredi 8 octobre, j’étais aux cotés de ma collègue Pénélope Komitès, nouvelle adjointe à la Maire de Paris en charge des Espace verts, de Sarah Proust, Adjointe au Maire du 18e en charge de la Prévention et de la Tranquillité publique, du Commissaire du 18e et les services de la ville sur le boulevard de la Chapelle, afin d’évoquer avec des riverains des projets de verdissement de l’espace situé sous le métro aérien, lieu d’installation récurrente de vendeurs à la sauvette.

Ces réflexions, portées par les habitants étaient ainsi étudiées sur place, en prenant compte des contraintes techniques avec les services de la ville dans une démarche participative dont le but est de permettre l’amélioration de la qualité de vie des habitants.

Cet échange a aussi été l’occasion de faire le point sur les actions engagées par les services de police engagés sur la zone de sécurité prioritaire (ZSP) Château-Rouge/Goutte d’Or/Barbès, sur le carrefour Barbés et des actions engagées par les services de la ville et les services de police les jours de marché et d’évoquer la volonté commune d’Éric Lejoindre, Maire du 18e et de Rémi Féraud, Maire du 10e de porter avec les habitants et les associations un projet d’aménagement le boulevard de la Chapelle en promenade urbaine dans les prochaines années.

Émergence d’un centre social

7 octobre 2014

PNE PNE 2

Vendredi, je participais au deuxième comité de pilotage du futur centre social, qui ouvrira ses portes en 2016 boulevard Macdonald dans le 19ème arrondissement. Situé à la frontière de deux arrondissements, il accueillera des habitants des 18ème et 19ème : je suis particulièrement heureuse de cette coopération fructueuse entre Parisiens et entre deux mairies dans un quartier en devenir.

L’association d’habitants est en cours de constitution et dispose d’un local pour, soutenue par l’équipe de développement local et les services de la Ville, travailler à ce beau projet, de son architecture à l’animation et la création de lien social.

 Les Centres sociaux, ce sont avant tout des bénévoles impliqués dans leur quartier, des habitants soucieux de lien social et du bien-vivre ensemble. C’est aussi dans un contexte de crise, de grande fragilité sociale et de repli sur soi, un lieu d’accompagnement à l’insertion, la scolarité et la parentalité.

 La Ville continuera à soutenir ces équipements de proximité, indispensables dans un contexte de crise et de difficulté budgétaire car ces associations permettent bien souvent de prévenir des situations sociales dramatiques pour grand nombre de Parisiens et font vivre les quartiers populaires.

Comme s’y est engagée la Maire de Paris, 4 nouveaux centres sociaux ouvriront pendant cette mandature : c’est donc avec plaisir que j‘inaugurerai les deux premiers, la Maison bleue à Porte Montmartre dans le 18ème arrondissement et Maison 13 Solidaire dans le 13ème, d’ici la fin de cette année.

 

 

Assassinat d’Hervé Gourdel : les djihadistes ne nous diviseront pas

27 septembre 2014

hervegourdelnb

Suite à l’assassinat d’Hervé Gourdel, un grand rassemblement est organisé ce dimanche 28 septembre à 14h30 place de la République, à l’appel d’SOS Racisme,  voici le texte de l’appel que je vous invite à relayer largement :

Ce 24 septembre, Hervé Gourdel a été assassiné par des criminels se revendiquant de l’Etat islamique, groupe terroriste à la terminologie usurpée. Homme simple et ouvert, Hervé Gourdel a eu le malheur de rencontrer la route de bandits sanguinaires dont le moteur et la stratégie doivent être dénoncés sans ambiguïté.

Leur moteur, c’est la recherche d’une pureté dont ils auraient les clés et qui, comme toute logique de pureté, se traduit par l’élimination sans fin des membres de sociétés qu’il s’agit de purifier par le sang. Chrétiens d’Irak et de Syrie, yézidis, juifs, musulmans insuffisamment intégristes ou trop peu jihadistes, Kurdes, occidentaux, blancs, noirs… Les cibles se multiplient sans fin et les crimes se perpétuent sans terme.

Leur stratégie, c’est celle qui consiste à rendre les ponts et les dialogues impossibles entre les peuples et les civilisations. Que cherchent en effet à signifier ces assassins à travers leurs actes macabres à la mise en scène funeste ? Ceci : « Regardez, Occidentaux, comment nous sommes, nous les musulmans. » Qu’attendent en retour ces gens chez lesquels la qualité d’occidental et celle de musulman semblent s’exclure ? Que lesdits Occidentaux se disent : « Voici comment sont les musulmans. Nous devons nous en protéger en les frappant collectivement. » Le terrorisme n’est ainsi pas uniquement une intimidation mais une gigantesque entreprise de séparation haineuse et d’incommunicabilité guerrière.

Aujourd’hui endeuillée, notre nation pourrait voir – cela a d’ailleurs déjà commencé – se mettre en mouvement les racistes qui trouvent dans ces actes la justification de leurs pensées abjectes. Mais il faut le dire, nos paroles fussent-elles alors recouvertes par les cris de celles et de ceux qui ne veulent pas entendre : les musulmans ne sont pas collectivement responsables des méfaits de ceux qui se réclament de l’Islam pour répandre la mort. Breivik n’est pas la quintessence du Norvégien. Milosevic n’est pas la substantifique moelle du Serbe. Le djihadiste n’est pas l’ontologie du musulman.

Se laisser aller à ce penchant serait une erreur de perspective, une trahison et une aberration.

Une erreur de perspective car ce serait ne pas voir que les victimes du djihadisme sont aussi les musulmans. Ne voit-on d’ailleurs pas ce que cet assassinat d’Hervé Gourdel a produit comme résurgence des années 1990 dans une Algérie encore meurtrie par les crimes des intégristes ?

Une trahison envers la mémoire d’Hervé Gourdel dont on imagine sans mal qu’il appréciait aussi les montagnes de Kabylie pour les gens qu’il y rencontra et qui aujourd’hui éprouvent – à tort – la honte de ceux dont la fierté a été blessée pour n’avoir su veiller sur celui qui aimait leur contrée.

Une aberration enfin car cela reviendrait à être les agents de ces djihadistes. Lutter contre des djihadistes en participant à la mise en œuvre de leur programme, voilà bien la dernière chose que l’intelligence humaine commande de réaliser. Que redoutent le plus au monde les djihadistes ? Que la fraternité résiste à leur entreprise.

Pour toutes celles et tous ceux qui refusent que les djihadistes nous divisent, rassemblement ce dimanche 28 septembre à 14h30 Place de la République à Paris.

Pour retrouver la liste des organisations et personnalités qui ont signés l’appel : http://sos-racisme.org/herve-gourdel.php

Le vote pour le 1er budget participatif parisien commence aujourd’hui !

24 septembre 2014

AFFICHE-A4

Le vote pour le premier budget participatif parisien commence aujourd’hui et il durera jusqu’au 1er octobre. Il est sans limite d’âge ni de nationalité, alors votez et faites voter !

Retrouvez la carte des 160 points de vote mis en place dans les différents quartiers de Paris, notamment dans les vingt mairies d’arrondissement, à l’espace Paris Rendez-vous de l’Hôtel de Ville, dans les vingt maisons des associations et dans de nombreux équipements municipaux tels que des bibliothèques, gymnases et centres d’animation, sur le site du budget participatif.

28 urnes seront présentes dans les quartiers politique de la ville, et 36 urnes itinérantes silloneront l’ensemble du territoire pour permettre au maximum de Parisiens de participer à ce temps démocratique inédit. Un accompagnement au vote en ligne peut également être proposé dans les espaces publics numériques de la Ville.

Et pour découvrir les 15 projets soumis aux votes des Parisiens, l’espace Paris Rendez-vous de l’hôtel de Ville vous propose actuellement une exposition grandeur nature !

Les habitants s’engagent pour l’avenir de leur quartier

11 septembre 2014

Après avoir rencontré l’Equipe de Développement Local de la Goutte d’Or qui propose de nombreuses actions à destination des riverains (rendez-vous en plein air d’information, Ateliers Santé Ville, formations linguistiques, coordination emploi, plan de soutien aux professionnels de la mode, réussite éducative, financement de projets…), j’ai retrouvé Pauline Véron, adjointe à la Maire de Paris chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative, de la jeunesse et de l’emploi et Eric Lejoindre, maire du 18ème arrondissement, qui ont mené une opération de porte-à-porte dans le quartier Chapelle Nord afin de présenter le Budget Participatif aux habitants et leur distribuer des bulletins de vote.

A mon tour je souhaite vous présenter l’un des 15 projets pour lesquels vous pourrez voter du 24 septembre au 1er octobre (toutes les informations sur la démarche sont sur budgetparticipatif.paris.fr), il s’agit du projet « reconquête urbaine » :

Focus sur le projet « reconquête urbaine »

RECONQUETE-URBAINE

Embellir le cadre de vie et développer la vie sociale dans les quartiers populaires de la capitale, en impliquant leurs habitants : tel est l’objectif de ce projet, qui comprend deux volets.

Le premier consiste à transformer, par des interventions artistiques ou paysagères, des espaces dégradés et peu avenants autour du boulevard périphérique, notamment les passages situés en dessous. Leur traitement pourra faire appel à divers modes d’expression artistique : mise en lumière, peinture des parois, projections et murs d’écrans, fresques ou bas-reliefs, arts numériques, marquage…

Trois premiers sites sont envisagés : porte de la Villette, passage de l’Ourcq et porte de Clichy.

La seconde action concerne l’ensemble des quartiers populaires de Paris. Elle vise à réhabiliter – par la végétalisation, la création d’œuvres d’art ou l’installation de mobiliers conçus avec les habitants – des espaces dégradés ou délaissés : friches et interstices urbains, recoins, murs pignons… Quatorze sites sont déjà identifiés dans huit arrondissements.

Dans les deux cas, ces actions seront menées en étroite liaison avec les habitants des quartiers. Une part du financement sera assurée par le mécénat des entreprises. Montant : 1,5 million d’euros.

Si vous souhaitez en savoir plus, les Parisiens sont invités à une formation sur le fonctionnement du budget de la Ville et du budget participatif ce vendredi 12 septembre à 18h30, à l’auditorium de l’Hôtel de Ville. L’inscription est gratuite mais obligatoire auprès de la Mission participation citoyenne (DDCT) par téléphone au 01.42.76.76.46.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 107 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :