Skip to content

Semaine d’éducation contre le racisme, les discriminations et l’antisémitisme

10 avril 2017

Du 18 au 25 mars  avait lieu la semaine d’éducation contre le racisme, les discriminations et l’antisémitisme. C’est l’occasion de faire le point sur les actions menées par les associations du 18e arrondissement, et plus précisément de la Goutte d’Or, lors d’une rencontre à l’initiative de l’association SOS Casamance. Avec les acteurs présents nous avons ainsi pu évoquer la précarité économique ou les difficultés d’apprentissage de la langue qui se cumulent bien souvent aux situations quotidiennes de discriminations.

unnamed (2)SOS Casamance, association engagée pour l’amélioration des conditions sociales et éducatives des habitants du quartier de la Goutte d’Or, avait invité Aurélie Coup, directrice de l’entreprise Clair et Net,  qui (ré)insère sur le marché du travail des personnes qui en sont éloignées avec un souci permanent de mixité, de montée en compétence et d’ouverture aux autres.  Olivier Clément représentant de la section du 18e de la Ligue des Droits de l’Homme a rappelé pour sa part le cadre légal qui protège les victimes de discriminations, qui relèvent d’un délit pénal. La présidente du centre social Accueil Goutte d’Or a quant à elle alerté sur la nécessite de soutenir les ateliers sociolinguistiques d’apprentissage du français sans distinction de durée de présence sur le territoire. En effet, le choix de l’État est de réserver les financements aux seules actions destinées aux personnes signataires d’un Contrat d’Intégration Républicain et donc aux seuls primo-arrivants, laisse sur le bord de la route une grande partie des habitants sans des cours dont ils auraient besoin. Cela laisse de côté un certain nombre de femmes et d’hommes qui, arrivés depuis plus de 5 ans en France, ont besoin de pouvoir être accompagnés dans l’apprentissage de notre langue.  Je milite ainsi avec force pour que ces réalités soient comprises et intégrées dans les dispositifs.  J’ai rappelé lors de cet échange que la lutte contre les discriminations était un axe transversal à toutes nos politiques publiques, et devait se combattre au niveau national comme local. Les actions de sensibilisation et de prévention des associations doivent bien entendu être encouragées et soutenues.

J’ai également rappelé le développement, à la Mairie du 19e,  d’un plan de lutte contre les discriminations dès le collège, lors des recherches de stage pour faciliter l’accès à tous les jeunes se trouvant en difficulté par manque de réseaux, ou pour des motifs discriminatoires. La municipalité du 19e  a ainsi formé et noué des partenariats avec des entreprises locales et les établissements en éducation prioritaire de l’arrondissement afin qu’il n’y ait plus aucun jeune exclu de fait, à cette étape clé de la construction et de l’estime de soi. A Paris, en 2016, a été lancé l’appel à projet citoyenneté, laïcité, valeurs de la république, qui permet à de nombreuses associations parisiennes de travailler sur les préjugés, puissant soubassement aux pratiques discriminatoires pour mieux les combattre.

unnamed (1)

Avec le même objectif, la Ville de Paris a engagé plusieurs plans d’actions :  le Plan Parisien de lutte contre les discriminations principalement, mais aussi le Réseau Parisien de repérage des discriminations (RéPaRe), partenariat entre acteurs institutionnels, sociaux et juridiques afin de permettre à chaque individu en situation de discrimination de disposer des outils adéquats pour se défendre. Je peux citer également l’appel à projet annuel « Collège pour l’égalité » qui permet aux associations de mener à bien des projets promouvant l’égalité dans les collèges. Enfin, j’ai rappelé l’exemplarité qui doit être celle des pouvoirs publics en matières de lutte contre les discriminations et de respect de l’égalité.

Je tiens également à féliciter l’association du 18e arrondissement La compagnie du Son des Rues, et plus particulièrement ses apprentis-cinéastes,  pour le court métrage « Le Chemin pour l’égalité » récompensé le 22 mars, dans le cadre de  la 4e édition du concours national  « Jeunesse pour l’égalité » lancé par l’Observatoire des inégalités. Ce concours a mis en lumière 415 clips musicaux, saynètes, affiches pour dénoncer la pauvreté, le racisme, l’homophobie et les inégalités dans le souci de nous questionner sur les discriminations liées au sexe, au handicap ou à la couleur de peau.

Cliquez ici pour le découvrir : https://www.youtube.com/watch?v=OST_jbymrpI&index=2&list=PLNy6IWMLX2VnhvD_sdX0AwVyuG0i09C90

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :