Skip to content

Helder Escuredo, jardinier sur les Berges de Seine

22 avril 2014

Le journal « Le Parisien » dresse cette semaine chaque jour le portrait d’un acteur de la rive gauche des Berges de Seine. J’ai souhaité partagé avec vous celui d’Helder Escuredo, jardinier principal sur les îles artificielles de la Seine.

Heureux comme un jardinier sur les berges de Seine… depuis qu’elles sont réservées à la promenade !

Né il Y a trente ans à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), Helder Escuredo, titulaire d’un BEP Aménagement et entretien du paysage obtenu à l’école du Breuil à Vincennes (Val-de-Marne), travaille sur l’ancienne voie express de la rive gauche depuis son ouverture aux piétons en juin2013. Jardinier de la ville de Paris depuis 2002, il a notamment travaillé sur la Coulée verte (XIIè). Mais jamais il n’avait imaginé exercer son art sur l’eau !

Helder Escuredo est l’un des jardiniers des barges sur lesquelles la ville a créé de superbes jardins flottants. Un drôle de jardin public. Affecté à l’Archipel, selon la dénomination adoptée par la ville pour désigner les cinq barges amarrées le long de la Seine entre les ponts de l’Alma et des Invalides et aménagées en jardin sauvage, Helder Escuredo estime « travailler dans un cadre idéal et si calme que l’on a l’impression d’être ailleurs »… tout en restant au cœur de Paris ! Passant de l’île aux Brumes équipée de brumisateurs à l’île aux vergers complantée de rosiers et de pommiers, de l’île prairie aux graminées et chèvrefeuilles odorants à l’île aux oiseaux où la serre-volière est toujours ouverte, le jardinier principal fait visiter d’un pas alerte, son domaine qui tangue à chaque passage d’un bateau. Chaque matin dès huit heures, le jeune homme fait le tour de l’Archipel pour s’assurer que tout est en ordre. Après avoir vérifié que l’arrosage automatique fonctionne, il est temps, à dix heures, d’ouvrir ce drôle de jardin au public. De la taille des végétaux à la tonte du gazon, il y a toujours à faire sur les barges… Sans compter la surveillance des promeneurs: certains indélicats sont parfois surpris en train d’emporter une plante au motif « qu’ils payent des impôts ! »

Des saules, des pommiers et des canards !

Même s’ils n’ont pas le pied marin, les promeneurs vont volontiers faire un tour sur le jardin flottant où il n’est pas permis de pique-niquer. L’été dernier, des pics de fréquentation à 13 000 à 15 000 visiteurs sur les cinq îles artificielles, ont été enregistrés le dimanche, sachant que la moyenne est de 3 500 personnes les jours de semaine et de 8 400 le samedi. Saules, aulnes, graminées, pommiers, rosiers sauvages, lierre rampant, chèvrefeuille … La flore de ce petit jardin sur Seine à l’aspect sauvage savamment entretenu, est des plus variées. Quant à la faune, il semble que quelques canards venus d’on ne sait trop où, aient élu domicile ce printemps du côté de l’île aux Brumes. Affaire à suivre…

Port du Gros Cailloux (VII e). Ouvert de 10 heures à 20 heures. M°Pont de l’Alma.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :