Skip to content

retrouvez mon interview sur la réforme des rythmes éducatifs à Paris

19 juillet 2013

A la rentrée de septembre, la réforme des rythmes éducatifs sera en place dans les 662 écoles de Paris. Retrouvez les réponses que j’ai apportées au journal Enfant.com sur le lien suivant :

http://www.enfant.com/votre-enfant-5-11ans/ecole-elementaire/Reforme-des-rythmes-scolaires-ce-qui-se-passera-a-Paris.html?page=1

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. bourguignon permalink
    25 août 2013 3:51

    Madame Brossel,

    J’ai habité Paris plusieurs années, c’est une ville superbe et absolument agréable, nous avons adhéré à 300% avec la politique de M. Delanoë.
    Mais Paris ne représente pas la France entière.

    J’ai assisté à votre intervention lors de l’université d’été de La Rochelle, vous avez dit « l’éducation nationale doit rester nationale » , pourtant avec cette réforme sur les rythmes scolaires notre école n’est plus nationale mais territoriale et même communale.
    Cette réforme est une véritable catastrophe pour l’égalité scolaire des enfants.
    Comment peut on accepter quand on se dit socialiste de constater que certains enfants vont devoir payer pour avoir de pseudo ateliers ?
    C’est pour moi tout simplement scandaleux et inacceptable.

    J’espère que les enseignants et parents d’élèves se mobiliseront cette année pour faire reculer cette réforme odieusement inégalitaire.

    Une camarade socialiste.

    • 11 septembre 2013 9:30

      Bonjour Madame,
      Je vous remercie d’avoir pris le temps de me faire part de votre avis sur la mise en place de la réforme des rythmes éducatifs.

      Je ne suis pas convaincue et je ne l’ai jamais été par ce qui me semble être un faux débat. L’éducation nationale l’est et doit le rester. C’est un facteur primordial d’égalité des droits sur le territoire national. Et de ce point de vue, force est de constater, même si beaucoup reste à faire, qu’une véritable priorité a été donnée par le gouvernement actuel au renforcement de l’éducation nationale. Ce n’est pas anodin, car le délitement organisé par le gouvernement précédent était aussi (surtout ?) un facteur de délitement du caractère national de l’éducation (cf. les communes embauchant elles-mêmes des enseignants pour pouvoir assurer la rentrée des élèves sur leurs territoires, la spécialisation de certains dans l’accueil des enfants de moins de 3 ans pour compenser le désengagement de la nation sur ce sujet…) il est bon au contraire que l’éducation nationale reprenne sa place sur tous ces sujets et sur tout le territoire.

      La réforme des rythmes, au-delà de ce qu’elle porte en elle-même, et sur laquelle je ne reviens pas, n’est me semble-t-il aucunement facteur de d’affaiblissement du caractère national de l’éducation.

      Par ailleurs, les collectivités sont depuis longtemps investies dans le champ éducatif. De par leurs compétences évidemment. Mais aussi, faut-il le rappeler, sur le temps scolaires.
      J’aime beaucoup ce chiffre que cite régulièrement Philippe Mérieu. Dans les années 2000, le budget de l’éducation nationale était constitué de 92% de salaires et traitements et de 8% de soutien aux projets pédagogiques. Dans les années 2010, on était passé à un budget consacré à 98% aux salaires. Les projets pédagogiques initiés par les communautés éducatives ont-ils disparu pour autant ? Non. Mais les porteurs de projets se sont tournés vers les collectivités (qui assurent 25% de la dépense d’éducation dans notre pays si ma mémoire est exacte).

      La nouveauté, ce sont les projets éducatifs de territoire. Ils constituent des outils essentiels pour mobiliser les services de l’Etat, les collectivités territoriales et les ressources locales afin de mettre en œuvre des actions qui correspondent aux besoins des enfants identifiés sur chaque territoire. Ils favorisent les échanges entre les acteurs de la vie scolaire, du périscolaire et de l’éducation populaire tout en respectant le domaine de compétences de chacun d’entre eux. Les projets éducatifs de territoire contribuent à une politique de lutte contre les inégalités scolaires, de réussite éducative et d’accès aux pratiques de loisirs éducatifs pour tous les élèves.

      Les leviers financiers de lutte contre les inégalités existent : la CAF pour l’ensemble des actions concernant la petite enfance et la jeunesse. Et dans le cadre de la réforme des rythmes, l’Etat a confirmé son engagement en créant un fond d’amorçage afin d’aider les communes à mettre en place des activités périscolaires. Pour cette rentrée, 50 euros par enfant seront ainsi versés aux communes. Afin que la réforme des rythmes ne pénalise pas les territoires les moins riches, les communes éligibles à la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale ou à la dotation de solidarité rurale reçoivent 40 euros supplémentaires par élève.

      Mobiliser les territoires en faveur de l’éducation de tous n’est pas contradictoire avec un souci constant d’égalité, au contraire. Avant la réforme des rythmes scolaires, des communes offraient déjà beaucoup d’activités périscolaires, d’autres moins. Cette réforme est une occasion formidable de mettre en cohérence, localement, les projets éducatifs et l’Etat fait en sorte d’appuyer celles qui ont le moins les moyens d’y parvenir. Il nous appartient également collectivement, citoyens, acteurs de l’éducation, élus et parents, de se mobiliser pour porter, dans chaque commune, des exigences fortes de qualité et de contenu en faveur de notre jeunesse. C’est en tout état de cause ce qu’a connu Paris au cours des derniers mois et qui nous a conduit à proposer un projet ambitieux, offrant près de 8000 ateliers deux fois par semaine gratuitement pour tous les enfants.

      Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :