Skip to content

Le Président et le candidat

22 juin 2011

Il va falloir s’y habituer : le Président Sarkozy n’est pas le candidat Sarkozy. Une preuve nous en a été apportée le 21 juin lors de sa visite d’une école élémentaire à La Canourgue, en Lozère.

Tout en se félicitant d’une rentrée 2011 qui se déroulerait dans « d’excellentes conditions », le candidat Sarkozy a annoncé qu’à « la rentrée 2012, nous ne procéderons à aucune fermeture de classes primaires, hors baisse démographique ».

Penser que cette sortie est en lien avec les prochaines élections sénatoriales en septembre est bien sûr pure spéculation. Mais il va falloir expliquer aux enseignants, parents d’élèves, élus et organisations syndicales, qui se mobilisent depuis des mois pour dénoncer des conditions de travail qui relèvent de la quadrature du cercle, comment le Président compte répondre aux besoins en termes d’effectifs tout en supprimant 14 000 postes dans l’Education Nationale cette année et plus de 60 000 depuis 3 ans ? Et surtout nous démontrer que les conditions de la rentrée scolaire 2011 sont, dans ce contexte, « excellentes », alors que tous les clignotants sont au rouge et que 1500 classes seront fermées à la rentrée 2011.

J’entends déjà la ritournelle libérale selon laquelle la question de la qualité ne se résume pas à celle des moyens. Certes.

Mais alors, comment expliquer l’augmentation des effectifs par classe ? La diminution inquiétante de la scolarisation des élèves de 2 à 3 ans ? La suppression des Rased, maîtres G, enseignants spécialisés ? Qu’est-ce à dire sinon qu’une fois encore, ce sont les élèves les plus en difficulté qui vont devoir payer le prix de cette politique du moins-disant ?

On le sait, lorsqu’on prétexte la nécessité de remèdes drastiques pour éviter la catastrophe qui touche certains de nos voisins européens, les premiers domaines qui trinquent sont toujours l’éducation et la culture. Alors même qu’ils sont les plus importants pour préparer la société de demain. Ne nous laissons pas abuser par le double langage d’un candidat qui va avoir du mal à ne pas renier le Président.

Publicités
One Comment leave one →
  1. Pourquoi permalink
    23 juin 2011 7:32

    Excellent ! N’oubliez pas aussi le recrutement des enseignants vacataires par Pôle Emploi ! Le comble du cynisme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :