Skip to content

Des tarifs de cantine plus justes

12 mai 2010

Il est des batailles politiques qui marquent une vie d’élue. Celle qui vient de s’écrire lors de la séance du Conseil de Paris du 11 mai 2010 est l’une d’entre elles.

L’ensemble de la majorité municipale ainsi que le Modem, a voté l’harmonisation des tarifs de la restauration scolaire pour l’ensemble des écoliers parisiens ainsi que pour tous les collégiens en collège autonome qui jusqu’à présent ne proposaient qu’un seul tarif. Quelle victoire pour tous ceux qui croient dans le rôle de l’action publique ! Quelle avancée en terme de justice sociale ! Imaginez que jusqu’à présent la Ville de Paris comptait quasiment autant de tarifs et de barèmes que d’arrondissements sans parler même des disparités régnant à l’intérieur d’un même arrondissement. Une famille au SMIC payait ainsi 1,59 euro par repas dans le 14ème et 3 euros dans le 8ème. Aujourd’hui tous les parents paieront le même prix quel que soit le lieu de scolarisation de leurs enfants selon une grille à huit tarifs calculés en fonction de leur quotient familial et donc de leur situation familiale et de leurs revenus. Cela peut paraître anodin, mais en pleine crise économique, les impacts de cette réforme seront décisifs pour les familles modestes et celles aux revenus médians.

65% des familles vont voir leur facture de cantine baisser. Aussi, il est fort probable que de nombreuses familles vont à nouveau inscrire leur enfant au service de demi-pension, notamment s’il est au collège. Et bien je m’en réjouis, en particulier quand l’on sait que trop de collégiens ne déjeunent pas le midi faute de moyens et que ce repas sera même souvent le seul équilibré de leur journée.

Alors quand les élus de l’UMP parlent d’un nouveau coup porté aux classes moyennes, je me demande s’ils savent réellement avec quelles ressources vivent les familles parisiennes. Les familles qui verront leurs tarifs le plus augmenter sont les foyers dont les revenus sont supérieurs à 6 250 euros par mois avec un enfant et 7500 euros avec deux enfants… Alors en effet, avec cette réforme, ceux qui ont peu donneront moins, et ceux qui ont plus donneront davantage. Voilà l’esprit qui a animé notre démarche, celui qui fait de la solidarité plus qu’un objectif mais bien une réalité du quotidien pour des milliers de foyers parisiens.

En permettant une répartition plus juste des dépenses de restauration entre les foyers parisiens, nous prouvons que faire vivre une véritable politique de gauche est possible, et que la promotion de nos valeurs est plus que jamais d’actualité dans le combat qui nous oppose chaque jour à une droite arque boutée sur la défense de ses privilèges.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :