Skip to content

États Généraux de la sécurité à l’école : le grand écart !

12 avril 2010

Les experts invités aux Etats Généraux de la sécurité à l’école ont proposé des solutions claires que nous partageons pour faire face à la montée des violences en milieu scolaire : importance de l’encadrement humain, de la formation des équipes pédagogiques, stabilité des communautés éducatives, moyens renforcés pour les établissements des quartiers socialement fragilisés, travail partenarial dans la lutte contre la violence, rejet de la bunkerisation des établissements scolaires, prise en compte des territoires.

Nous ne pouvons que déplorer les annonces du Ministre de l’Education Nationale et du Ministre de l’intérieur à l’issue de ces journées de débats. Elles s’inscrivent dans la droite ligne de la politique de casse du système public de l’Education et démontrent que le gouvernement ne souhaite s’en tenir qu’à une approche sécuritaire du traitement de la montée des violences et de réduction des effectifs restant sourd aux attentes des professionnels de l’éducation, des parents et des jeunes.

Rien de neuf et des propositions en total décalage : pas d’augmentation du taux d’encadrement humain dans les établissements et maintien des suppressions de postes, confirmation de la réforme de la masterisation qui sacrifie la formation des enseignants. Et si une grande partie des communautés éducatives sollicitent des dispositifs de contrôle des accès des établissements, leur ‘bunkérisation’ voulue par le gouvernement ne fera jamais office de solution miracle pour enrayer la montée de la violence surtout quand Luc Châtel annonce son intention de mettre fin aux dispositifs de soutien existants de type ZEP et RAR !

Enfin, alors que l’un des maîtres mots de ces journées a été le travail partenarial, les collectivités territoriales, elles, ont a peine été évoquées. Pourtant nous, collectivités assurons, tous les jours l’entretien et la sécurité des bâtiments scolaires dans lesquels nos personnels sont impliqués et particulièrement dévoués, soutenons des projets pédagogiques ambitieux pour favoriser l’épanouissement des élèves et définissons, comme la loi de 2004 nous l’a confié, les périmètres de recrutement des écoles et collèges avec comme objectif permanent d’assurer mixité et justice sociale dans nos territoires, objectif contrarié par la pratique des dérogations. Quand serons-nous sérieusement associées et avec nous l’ensemble des partenaires de la communauté éducative ?

Colombe Brossel Adjointe chargée de la vie scolaire et de la réussite éducative, Conseil Général de Paris

Monique Delessard Première Vice présidente en charge de l’éducation et des collèges, Conseil général de Seine-et-Marne

Alain Desmarest Premier Vice-Président en charge de l’éducation et des collèges, Conseil général du Val-de-Marne

Mathieu Hanotin Vice président en charge de l’éducation et des collèges, Conseil général de Seine Saint Denis

Marjolaine Rauze Vice présidente en charge de l’éducation et des collèges, Conseil général de l’Essonne

Gérard Sebaoun Vice-Président à l’éducation, à la Jeunesse et à la Prévention, Conseil général du Val d’Oise

Henriette Zoughebi Vice-Présidente en charge des Lycées, Conseil  Régional d’Ile de France

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :